Archives du mot-clé Eire

Festival du livre en Bretagne. « Pâques 1916 a eu un impact évident »

Ouest-France, 25 octobre 2016

img_3783-1

Jacques-Yves Le Touze, coordonnateur du Comité Irlande 2016. Photo Ouest-France.

À l’honneur ce week-end au Festival du livre en Bretagne, l’Irlande célèbre les 100 ans de son insurrection contre la Grande-Bretagne.

Trois questions à Jacques-Yves Le Touze, coordinateur du comité Irlande 2016

Quels échos ont eu les événements de Pâques 1916 en Bretagne ?

Durant tout le XIXe siècle, il existait un mouvement culturel – notamment avec le Congrès celtique – qui a participé à la renaissance celtique. Il comprenait aussi l’Écosse et le Pays de Galles, mais les liens étaient peut-être plus étroits entre la Bretagne et l’Irlande, toutes deux ayant le catholicisme en commun.

Un premier parti national breton est même créé au début du XXe siècle. Mais la Première Guerre mondiale agit comme une césure. Quand l’insurrection irlandaise a lieu, les Bretons y voient d’abord l’action d’une petite bande de traîtres vis-à-vis de l’allié britannique. Il est d’ailleurs avéré que l’Allemagne leur avait fourni des armes.

Après la guerre, comment le regard des Bretons évolue-t-il ?

Pâques 1916, qui était militairement un échec, est un succès politique qui a eu un impact très fort sur le mouvement breton. En obtenant son indépendance, l’Irlande, sans chercher à jouer ce rôle, devient un exemple. Ce qui ressemblait à un certain régionalisme bourgeois fait place à de nouveaux militants politiquement plus radicaux.

Mais l’Irlande inspire aussi un renouveau linguistique et artistique, notamment musical à partir des années 1950. Des événements comme le Festival de Lorient ont agi comme une vitrine pour la scène irlandaise. Ce pays, parfois mythifié, devient un lieu de pèlerinage obligatoire pour des générations de militants.

Il ne faut pas non plus oublier les mauvais côtés de cette influence, notamment quand certains ont essayé de reproduire Pâques 1916 pendant la Seconde Guerre mondiale : le contexte avait changé et les Allemands n’étaient pas les mêmes.

Et aujourd’hui ?

L’intérêt des Bretons pour l’Irlande s’est normalisé depuis une quinzaine d’années. Les facilités de voyage ont sans doute participé à sa démythification. Actuellement, l’influence politique serait davantage écossaise. Mais l’Irlande conserve un capital sympathie évident en Bretagne. Il y a toujours énormément de liens dans des secteurs très différents. Par exemple, avec la création de clubs de football gaélique, des échanges entre universités, les quelque 120 jumelages entre communes, etc. Si vous interrogez dans la rue un Breton sur Pâques 1916, il est peu probable que ça lui parle. Pourtant, sans ces événements, la Bretagne en tant que telle ne serait aujourd’hui pas la même.

Vendredi 28 et samedi 29 octobre, colloque organisé par Le CRBC-Rennes 2 dans le cadre du Festival du livre de Carhaix « Les influences irlandaises : 1916 – 2016 » à l’occasion du centenaire du soulèvement de Pâques 1916. Ouvert à tout public. Renseignements sur le site du festival.

Maxime Lavenant

Ouest-France

Publicités

« Centenary », une création de la TV irlandaise qui remporte tous les suffrages !

RTE Picture Conor McCabe Photography

RTE Picture Conor McCabe Photography

Lundi soir, la tv publique irlandaise RTE proposait au Bord Gais Theatre de Dublin une création de 1h30 « Centenary » consacrée au centenaire de Pâques 1916 avec la participation d’acteurs, de danseurs et de musiciens renommés comme Imelda May, Jack L, Gavin James, The High Kings, Colm Wilkinson, Danny O’Reilly, Iarla Ó Lionáird, Sharon Shannon, Dónal Lunny, John Sheahan, Celine Byrne, et Seo Linn. En présence du président Michael D. Higgins.

Résultats au-delà de toutes les espérances pour les producteurs. Le succès est au rendez-vous tant auprès des journalistes que du grand public.

Vous trouverez ci-dessous 4 extraits de ce spectacle remarquable. La totalité du spectacle est visible sur RTE player jusqu’au 27 avril.

 

 

6000 collégiens et lycéens rassemblés pour célébrer le drapeau irlandais

07/03/2016. National Flag - special 1916 State Ceremonial event. Pictured Defence Forces Officer Commandant Stephen Mac Eoin waits to hand out an Irish flag as students joind over 6,000 school students from every Secondry School in Ireland to receive the National Flag, in Croke Park as part of the first of series of official State events taking place over the next four weeks as part of the Ireland 2016 Centenary Programme. Photo: Sam Boal/Rollingnews.ie

C’est lundi dernier que 6000 collégiens et lycéens, représentant les établissements scolaires de toute l’Irlande, étaient invités à Croke Park, le temple des sports gaéliques, pour une cérémonie en l’honneur du drapeau irlandais en présence du Président de la République, Michael D. Higgins.

Chaque participant s’est vu remettre un drapeau irlandais ainsi qu’une reproduction de la proclamation de Pâques 1916.

 

Cinéma : le film The Rising dédié à l’Insurrection de Pâques de 1916 attendu fin 2016 ou début 2017 .

Guide Irlande, 22 janvier 2016

C’est sans aucun doute l’un des films les plus attendus de cette année ! Le film « The Rising », entièrement consacré à l’Insurrection de Pâques de 1916 de Dublin, fera sa sortie dans les salles obscures d’ici fin 2016/ début 2017.

PatrickPearse
L’Insurrection de Pâques : kezako ?

Pour rappel, l’Insurrection de Pâques fut un événement décisif dans l’Histoire irlandaise. Il s’agit d’un événement qui s’est déroulé à Dublin en 1916. La ville, alors occupée par les britanniques a été le théâtre d’un soulèvement violent, organisé en secret par les nationalistes irlandais. Ces derniers se sont alors efforcés d’occuper des bâtiments stratégiques de la capitale, en vue de combattre le pouvoir britannique. Les affrontements furent terriblement meurtriers, et se soldèrent par un échec cuisant… et la mise à mort des principaux leaders de l’Insurrection.

Le film « The Rising » promet d’atteindre des sommets ! Il se concentrera principalement sur Seán MacDiarmada, l’un des leaders nationaliste républicain irlandais, qui participa à l’organisation du soulèvement contre les britanniques.

Le réalisateur du film, Kevin McCann a réunit à cette occasion un casting prestigieux pour mieux raconter le célèbre événement qui a fait basculer l’Histoire irlandaise. Il réunit ainsi de grands noms du cinéma, comme :
◾Colin Morgan (dans le rôle Seán MacDiarmada),
◾Jonathan Rhys-Meyers (Patrick Pearse),
◾David O’Hara (James Connolly),
◾Fiona Shaw (Comtesse Markievicz)
◾Brendan Coyle (Chief Secretary Birrell)
◾et enfin Michael Neeson (qui campera le rôle de Michael Collins) et qui n’est autre que le fils de Liam Neeson dans la vie.

Très investi dans ce projet, Kevin McCann a mit un point d’honneur a être le plus fidèle possible à l’histoire de l’Insurrection. Il souhaite ainsi en faire un film qui pourra rendre hommage aux héros nationalistes de l’époque : « En tant que réalisateur irlandais, j’ai toujours été intéressé par ce qui concernait l’identité, l’histoire et la foi. Avec ce film, nous voulons éveiller le peuple irlandais et changer le regard qu’il a sur son histoire. The Rising est l’histoire d’un héros qui se bat pour la liberté de son peuple. Avec d’autres héros, Seán MacDiarmada a combattu pour une nouvelle république, une renaissance de l’esprit du peuple irlandais et la fin d’un état d’esprit servile, esclave des anglais. Nous avions le devoir, 100 ans après de raconter l’évènement politique majeur de l’histoire irlandaise récente… » .

Le film tentera donc de retracer l’histoire des 7 leaders de l’Insurrection de Pâques, de l’organisation de l’événement jusqu’à leur exécution sommaire par les britanniques après l’échec du soulèvement. Un film très intense, dont la date de sortie fait écho avec la date anniversaire de l’Insurrection : cette année, cet épisode historique fête ses 100 ans !

The Rising est donc un excellent moyen de sensibiliser le peuple irlandais, comme le reste du monde à l’Histoire troublée de l’Irlande. Il permet également de mettre sous les feux des projecteurs l’un des leaders les moins représenté au cinéma : Sean Mac Diarmada.
Sean Mac Diarmada:
Au revoir chers frères et soeurs. Ne pleurez pas sur mon sort. Priez pour mon âme et soyez fiers de ma mort. Je meurs pour que la nation irlandaise puisse vivre. Dieu vous bénisse , vous protège, et puisse-t-il avoir pitié de mon âme.

Sean Mac Diarmada, dernière lettre à sa famille. 1916

31 collectivités locales à travers l’Irlande viennent de présenter leurs programmes pour 2016.

The 31 Local Authority Programmes for Ireland 2016 represent the outcome of many hundreds of hours of reflection, consultation and discussion involving thousands of people all over Ireland.

The most consistently expressed wish was that 2016 should be a year that belongs to everyone. The people of Ireland were emphatic that whatever one’s political affiliation or interpretation of historical events, 1916 should be regarded as the property of no one and the patrimony of everyone.

Equally remarkable was the widely articulated desire that 2016 should be about looking to the future more than looking back, and that the primary purpose of looking back should be to rediscover the ideals and contextualise the actions of the revolutionary generation in the present, as a guide for our future.

People of all ages and backgrounds expressed a wish to rekindle the idealism that in 1916 found expression in the desire to be free, to be the authors and carriers of our cultural heritage, and to be equal among ourselves and among the nations – in short to create a country worthy of the name Republic.

This spirit of generosity, optimism and open-minded enquiry finds ample expression in the breadth and diversity of events and initiatives contained in the 31 County Programmes. It is no surprise that the hundreds of arts and culture events have emerged as the foundation stone of the commemorative programme around the country: evidence that people wish to use the forthcoming year of reflection not to assert a claim on collective memory but to seek from the past the finest qualities of that time as inspiration for this generation.

Pour voir le programme ville par ville, ici .

Ce samedi 1er août, le centenaire des obsèques de Jeremiah O’Donovan Rossa a marqué le lancement des cérémonies de 2016.

Jeremiah_O'Donovan_Rossa

Jeremiah O’Donovan Rossa

Jeremiah O’Donovan Rossa est l’une des figures emblématiques du mouvement de libération de l’Irlande.

Né en en 1831 à Rosscarbery dans le comté de Cork, O’Donovan Rossa fut l’un des fondateurs de l’Irish Brotherhood Society en 1858. Arrêté en décembre de la même année, il fut maintenu en prison jusqu’en 1865 sans procès. Par la suite, il est accusé de mener un complot fenian, de haute trahison et condamné à vie dans une prison anglaise.

Lors de l’amnistie de 1870 et sur promesse de ne pas revenir en Irlande, Jeremiah O’Donovan Rossa s’exile aux USA où il va développer de nombreuses activités en faveur de l’Irlande . C’est lui notamment qui est à l’origine de la première campagne d’attentats sur le sol britannique durant les années 1880.

Fatigué par la maladie, O’Donovan Rossa s’éteint le 29 juin 1915.

Saisissant cette opportunité d’en faire un évènement national, le mouvement républicain organise ses funérailles le 1er août 1915 à Dublin auxquelles assistent des dizaines de milliers de personnes . C’est au cimetière de Glasnevin que Patrick Pearse donna l’un de ses plus célèbres discours, véritable appel aux armes pour libérer l’Irlande.

Considérées comme le premier évènement qui devait amener au soulèvement de Pâques 1916, ces funérailles ont été l’occasion, un siècle plus tard, ce 1er août 2015, d’une double commémoration: d’une part, une cérémonie en présence du corps diplomatique et des descendants d’O’Donovan Rossa au cimétière de Glasnevin sous la présidence de Michael D. Higgins, le président irlandais que les Lorientais connaissent bien ( voir son discours remarquable à Lorient en août 2015 largement censuré par la presse locale ). La reconstitution du discours de Patrick Pearse par l’acteur Jim Roche fut particulièrement puissante et semble avoir touché l’assistance dont les leaders actuels du Sinn Fein , Martin McGuinness et Gerry Adams.

Ce même samedi, le Sinn Fein organisait une véritable reconstitution des funérailles d’O’Donovan Rossa à travers les rues de Dublin devant des milliers de spectateurs.

ODonovanSinnFein

Cette journée marquait le lancement des commémorations du soulèvement de Pâques 1916 qui vont s’échelonner jusqu’au 27 mars 2016 puis continuer dans les années suivantes pour marquer le centenaire d’évènements fondamentaux pour l’Irlande comme la guerre anglo-irlandaise, le traité de paix, la partition du territoire irlandais, etc…

 

Amhrán na bhFiann, l’histoire de l’hymne national irlandais

MichaelDHiggins2015

Michael D Higgins , président de la République d’Irlande, lors des cérémonies de Pâques 2015.

Documentaire de 2011 réalisé par TG4, la chaîne en gaélique, ce documentaire date un peu mais pose les éléments historiques et les questions qui se posent autour de cet hymne, chant militant symbolisant le soulèvement de Pâques 1916 et la guerre qui en a suivi. On y retrouve des questionnements que l’on peut voir aussi en France avec « La Marseillaise » et ses paroles quelque peu « décalées » par rapport à la société actuelle, ou en Bretagne avec le « Bro Gozh » , l’hymne national breton, choisi en 1904 (Amhrán na bhFiann ayant été écrit en 1907).

Le centenaire de 1916 approchant à grands pas, les questions posées par ce documentaire semblent renvoyées à plus tard si ce n’est aux oubliettes de l’histoire.

Ci-dessous l’investiture de Michael D Higgins comme nouveau Président de la République d’Irlande avec l’hymne national irlandais en novembre 2011.