Archives du mot-clé Alain Monnier

Irlande 1916-2016 : un siècle d’atermoiements. Conférence d’Alain Monnier le 1er décembre à Vannes.

Alan Monnier

Irlande, 1916-2016 … Où en est-on des aspirations de la révolution irlandaise en cette année du Centenaire ?
Si les héros de la Semaine de Pâques revenaient aujourd’hui, quel bilan pourraient-ils tirer de ces cent années écoulées ?
Cela remettrait-il en cause la légitimité de leur combat et de leur sacrifice ? Lesquels de leurs combats pourraient-ils considérer comme gagnés ou comme perdus ? Qui reconnaîtraient-ils comme leurs continuateurs et leurs héritiers ?  Comment leur engagement, leurs témoignages peuvent-ils nous aider à dresser un état des lieux dans la perspective de ce Centenaire ?

Conférence d’Alain Monnier à Vannes (Ti ar Vro, rue de la Loi) à 20 h 30 le 1er décembre

Publicités

1916, une date incontournable de l’histoire irlandaise et mondiale: rencontre avec Alain Monnier

Cent ans après, quel intérêt y a-t-il à célébrer le soulèvement irlandais de Pâques 1916 ? Alors que certains limitent aujourd’hui cet événement à un épisode sanglant de moindre importance, quelle valeur revêt-il pour l’histoire de l’Irlande et au-delà ? Rencontre avec l’auteur Alain Monnier.couv-monnier-irlande-final-_001

– Vous venez de publier un petit ouvrage présentant les événements de Pâques 1916 en Irlande. Que représente pour vous cette période de l’histoire irlandaise ?

Lorsque je suis allé pour la première fois dans le sud de l’Irlande, en 1968, le pays était encore marqué par les célébrations du Cinquantenaire de Pâques 1916. Peu de temps après, la situation dans les Six Comtés du Nord revenait de façon dramatique sur le devant de la scène, démontrant que ce qui s’était déroulé un demi-siècle auparavant n’avait rien perdu de sa dramatique actualité. Cette année, les célébrations du Centenaire de Pâques 1916 représentent une capitalisation de ce qui a été vécu auparavant par de très nombreuses générations, et ce qui s’est passé depuis. Il ne faut pas se cacher non plus qu’aujourd’hui, certaines voix discordantes se font entendre, bénéficiant d’un écho sans doute exagéré, pour vouloir éliminer le passé, en le noyant dans une somme d’événements annexes ou le réécrire de façon biaisée : certains médias, certaines personnalités mais aussi des historiens qualifiés de révisionnistes sont allés jusqu’à remettre en cause le bien-fondé de ces célébrations. Il est par conséquent essentiel de veiller à ce que ce devoir de mémoire soit accompli.

Lorsque l’Institut Culturel de Bretagne m’a proposé d’assurer une communication sur ce sujet, j’ai donc été honoré et enchanté de contribuer pour ma modeste part à cette célébration. C’est cette présentation de mars 2016 qui a servi de base à l’actuelle publication de l’ICB comme à la communication proposée lors du Festival Interceltique de Lorient, le jour même de l’inoubliable concert « Visionaries and their words ».

– Au-delà de l’Irlande, ce soulèvement a eu des répercussions dans l’ensemble de l’Empire britannique : pensez-vous que Pâques 1916 est une sorte de symbole pour l’ensemble des mouvements de libération nationale à travers le monde ?

Oui, tout à fait. Si j’ai évoqué la singularité de 1916 qui mérite de ne pas être submergée dans un déluge d’événements contemporains, comme la Première Guerre mondiale, l’interaction entre ce qui s’est déroulé à Dublin et le contexte ne doit pas être réduite ni sous-estimée. Certains leaders de l’Insurrection incarnaient le lien entre cette génération et les précédentes, d’autres concrétisaient la relation étroite entre le sort de l’Irlande et celui d’autres peuples opprimés. Ainsi, en amont même de la Semaine de Pâques, Roger Casement voyait-il son engagement pour l’Irlande s’inscrire dans le droit fil des combats humanitaires qu’il avait menés auprès des populations autochtones du Congo et de l’Amazonie.

Après la Semaine de Pâques, lors de la répression, mais également pendant les années de guerre d’indépendance (1919-1921) comme au moment des débats de l’assemblée pour savoir s’il fallait ou non ratifier le Traité, les Irlandais savaient que beaucoup de regards étaient tournés vers eux.

Le constat général en 1918 est que, du côté des vaincus du premier conflit mondial, des empires se sont effondrés et que, si la victoire permet à d’autres de limiter les dégâts, ils ont été sérieusement ébranlés ; leur fondement même est mis à mal par les propos tenus au lendemain de l’armistice, notamment au cours des discussions qui s’ouvrent dans le cadre de la Conférence de Paris. De l’Egypte à la Chine et à la Corée, en passant par l’Inde et la Russie, on aspire à une ère nouvelle ; les Républicains irlandais entendent que leur lutte s’inscrive dans cette perspective… Les manœuvres britanniques les conduiront finalement à jouer un rôle quasi-nul dans le cours des discussions officielles. Mais ceux qui, au Moyen-Orient ou en Asie, ont vu dans le Soulèvement de Pâques un espoir, vont suivre avec le plus grand intérêt le résultat des élections de 1918 qui consacre par la voix populaire les principes de la Proclamation de 1916 et la Guerre d’indépendance que l’Irlande va devoir mener pour faire respecter ces choix. Des soulèvements auront lieu, en Inde notamment, qui feront expressément référence à l’exemple irlandais. Mais l’influence de la Révolution irlandaise ne se limite pas à l’empire britannique, puisqu’elle s’étend notamment à Marcus Garvey, l’un des premiers leaders de la cause des Noirs aux États-Unis et au-delà. Lénine, pour sa part, confiait qu’il était dommage que les Irlandais se soient soulevés si tôt, avant un embrasement plus général.

Alan Monnier

Alain Monnier.

– D’après vous que signifient 1916 et les événements qui ont suivi pour l’Irlande d’aujourd’hui ?

Les réactions, je l’ai dit, peuvent être très contrastées aujourd’hui. Sans doute parce que les gens ne distinguent pas la Semaine de Pâques des autres épreuves qui l’ont suivie, notamment la Guerre civile en 1922 et 1923 et les événements qui ont ensanglanté les Six Comtés d’Irlande du Nord entre 1968 et 1998-2000. Des compromis ont été jugés nécessaires par certains, dénoncés par d’autres. Mais le Président O’Higgins a eu plusieurs fois l’occasion de redire combien 1916 était une date fondatrice incontournable et que c’était un non-sens – et même une honte – que de prétendre la dénigrer ou en minorer l’importance sous prétexte de ne pas souhaiter se souvenir d’événements ultérieurs ou de ne pas vouloir entrer dans une logique de justification de la violence.

L’histoire de ces cent dernières années est une histoire, certes douloureuse, faite de balbutiements, d’atermoiements, d’avancées et de reculs, dans un contexte mondial complexe. On ne bâtit pas un projet d’indépendance du jour au lendemain ni aisément lorsqu’il s’agit de rompre avec une politique menée pendant huit siècles par l’un des empires les plus puissants du globe. C’est d’ailleurs cette difficile question que l’ICB m’a proposé de présenter, lors d’une prochaine communication dans le cadre des Jeudis de l’Hermine, le 1er décembre prochain pour clore cette année 2016.

– S’il n’y avait qu’une seule chose à retenir de ces évènements mémorables de 1916, quelle serait-elle pour vous ?

C’est très difficile car, encore une fois, ces événements forment un tout : 1916, c’est une conjonction de destins, une foule de détails vivants, de visages et de noms, une somme d’actes héroïques.

Mais je dirais sans doute la Proclamation de la République. Écrite et validée par les dirigeants de l’Irish Republican Brotherhood, signée par sept patriotes mandataires qui allaient faire le sacrifice de leur vie pour la faire exister, imprimée clandestinement et avec des moyens de fortune dans le quartier général syndical Liberty Hall qui allait être complètement détruit quelques jours plus tard, lue par P H Pearse au fronton de la Poste centrale devenue quartier général de l’insurrection, elle condense toutes les aspirations de la Révolution et servira de matrice à toutes les tentatives ultérieures se situant dans le prolongement de la Semaine de Pâques.

Il est cependant d’autres symboles importants, comme le quartier autour de Moore Street, où les insurgés se sont réfugiés lorsqu’ils ont dû abandonner la poste quand le toit et les murs s’écroulaient sous les tirs de l’artillerie britannique ; ce quartier, où les ordres de cessez-le-feu ont finalement été rédigés et où les leaders ont vécu leurs derniers instants de liberté, risque aujourd’hui d’être en partie démoli pour laisser place à un nouveau centre commercial…

– L’Irlande a influencé durablement la Bretagne ces cent dernières années. D’après vous, dans quel domaine cette influence fut la plus importante ?

C’est vrai que cette influence est réelle. On a d’abord surtout insisté sur l’aspect de lutte intransigeante, irréductible et donc implacable.  Bien entendu, il y a des similitudes entre l’Irlande et la Bretagne, ne serait-ce que dans l’éradication progressive de la culture celtique, mise en œuvre depuis des centres de décision lointains et condescendants. Il y a encore le nombre de soldats que l’on a envoyés aux combats en 14-18, certaines terres étant considérées comme des réservoirs de chair à canon. Et puis, mutatis mutandis, il y a les délicates questions territoriales toujours non résolues en ce qui concerne les Six Comtés du nord de l’Irlande et la disjonction de la Loire-Atlantique du territoire historique de la Bretagne.

Mais l’expérience, au bout de cent ans, prouve que la situation irlandaise et la situation bretonne ne sont pas exactement réductibles l’une à l’autre, ne serait-ce que parce que le rapport de forces n’est pas le même dans un contexte global, par exemple lorsque l’on envisage le rôle constant joué par la diaspora irlandaise dans le soutien apporté par les USA aux différentes péripéties de la lutte de l’Irlande.

Au reste, il ne faut pas sous-estimer non plus les liens historiques objectifs qu’entretient la tradition républicaine irlandaise avec la Révolution française…

Mais, premier pays celtique à affirmer des droits qui lui avaient longtemps été déniés et une identité propre qui bien entendu n’exclut pas de bonnes relations avec toutes les autres cultures du monde, l’Irlande pourrait jouer un rôle plus important par rapport aux différents questionnements que porte la Bretagne aujourd’hui. La proximité géographique y invite, bien entendu, mais également les expériences internationales qui ont vu Seán MacBride, lui-même fils de l’un des patriotes exécutés en 1916, puis dirigeant de l’IRA, ami de Tagore, d’Ho Chi Minh, de Nehru, créer Amnesty International en 1962, ou les anciennes Présidentes irlandaises Mary Robinson ou Mary McAleese s’engager pour les Droits de l’Homme à des degrés et des titres divers, ou encore les forces armées irlandaises de ce pays neutre participer depuis 1958 aux opérations de maintien de la paix sous l’égide de l’ONU. Notre espace commun est bien plus étendu que l’Ouest européen, notre héritage est potentiellement bien plus riche : il faut savoir dépasser certains horizons pour mieux se conformer à soi-même.

Finalement, l’expérience de l’Irlande, à l’occasion de ce Centenaire, pourrait bien être de montrer la complexité de la question de la place de l’Irlande dans le monde et la multiplicité de ressources auxquelles il a fallu recourir pour formuler des débuts de réponses pertinentes non seulement pour les Irlandais mais pour tous ceux qui sont attachés à ce pays, sa culture, sa personnalité. La leçon ne saurait d’ailleurs se limiter à 1916, à la Guerre d’indépendance ou à la Guerre civile, mais doit, par exemple, s’inspirer de ce qui a permis aux accords du Vendredi-Saint d’être signés en 1998. Dans cette perspective, les échecs doivent bien entendu être également envisagés en toute sincérité et utilement médités. Mais ils rendent encore plus convaincante la ténacité manifestée par l’Irlande depuis un siècle et même plus.

Enseignant, promoteur des relations interceltiques, Alain Monnier est un grand familier de l’Irlande et passionné par la culture et l’histoire. L’ouvrage est disponible au prix de 6 € auprès de l‘Institut Culturel de Bretagne, Ti ar Vro, 3 rue de la Loi, 56000 Vannes.

Propos recueillis par Jacques-Yves Le Touze.

Interceltique 2016: une soirée remarquable consacrée au soulèvement irlandais.

Bien que dédié cette année à l’Australie, le Festival interceltique a tenu à consacrer le 11 août dernier au Grand Théâtre de Lorient une soirée au soulèvement irlandais de Pâques 1916.

visionnaries1916fil

La troupe de « 1916, visionnaires et leurs paroles »

Comme nous l’indiquait le directeur du FIL, Lisardo Lombardia, il était inconcevable que l’interceltique passe à côté de cet évènement majeur dans l’histoire contemporaine des pays celtiques.

En une sorte d’introduction à cette soirée, l’Institut Culturel de Bretagne proposait dans l’après-midi une conférence sur le thème de Pâques 1916 par Alain Monnier. Devant près de 120 auditeurs, ce spécialiste de l’Irlande a permis de mieux comprendre les origines et les raisons de ce soulèvement. L’ICB en a d’ailleurs fait une plaquette dont nous reparlerons plus tard.

La soirée « 1916, les visionnaires et leurs paroles » programmée et choisie volontairement par le FIL pour mettre en exergue le centenaire de 1916 était quand même un pari osé de la part des organisateurs et le Comité Irlande 2016 en a fait l’évènement de l’été  en ce qui concerne la programmation 1916-2016 en Bretagne. Ce pari fut gagné car près de 700 spectateurs ont finalement assisté à cette soirée mémorable.

Alternant la lecture de textes écrits par les principaux acteurs du soulèvement par l’excellente actrice Elaine O’Dea, l’interprétation parfaite par Lorcán Mac Mathúna et Íde Nic Mhathúna de chants et de musiques composés par ces mêmes personnalités, sur fond d’images d’archives de l’Irlande des années 1910-1916, ce spectacle a conquis les personnes présentes. L’accompagnement musical de grande qualité comprenait Martin Tourish à l’accordéon,  Daire Fougère au violon, de Eamonn Galdubh au uillean pipes.

Les textes très prenants choisis illustraient les réflexions, les passions, les doutes , les motivations des héros de 1916. L’un de ces textes fut vivement applaudi par l’audience car il résonnait sans doute avec force avec la situation en Bretagne: une déclaration de Patrick Pearse dénonçant la situation de l’enseignement en Irlande qui déniait toute place à la langue et à la culture irlandaises…..

Remarquable, il n’y a pas d’autre terme, pour qualifier cette soirée exceptionnelle que les spectateurs eurent beaucoup de mal à quitter, enchaînant les bis jusqu’à épuisement de Lorcan Mac Mathuna qui déserta la scène pour  le hall du Grand Théâtre où il fut véritablement assailli par tous ceux qui voulurent se procurer le CD du spectacle.

Une grande réussite qui toucha au coeur les participants.

Merci à Lisardo et à l’Interceltique d’avoir permis la venue en Bretagne d’une telle performance.

PS: on peut se demander pourquoi il n’y a  que  peu de spectacles de ce style produits en Bretagne …….

Conférence à Vannes le 3 mars: Irlande, le sens du soulèvement de Pâques 1916.

Le jeudi 3 mars à 20h. dans les locaux de l’Institut Culture de Bretagne, 6, rue Porte Poterne à Vannes.

Irlande : sens du soulèvement de Pâques,
une évocation illustrée pour marquer le Centenaire 1916-2016.

par Alain Monnier.

Alan Monnier
On s’efforcera de mettre cet événement en perspective pour le resituer dans le cours de l’histoire de l’Irlande, d’en éclairer le contexte immédiat, d’en présenter plusieurs des acteurs, de le rendre vivant en partageant références et documents visuels et audio. L’emploi délibéré de « sens » dans le titre de cette communication renvoie à la fois à son acception de « signification/s » comme à celle d’ « orientation/s », voire même de « perception ».

Plan :
I. Un long cheminement vers la liberté : comment, dans le contexte d’une domination britannique de plusieurs siècles, s’est constituée l’idéologie républicaine irlandaise et se sont forgés différents instruments d’une reconquête de la souveraineté
II. Les « Pâques sanglantes » : acteurs et épisodes majeurs d’un sacrifice national fondateur
III. Une réalité « radicalement changée » ? : lendemains et prolongements de la Semaine de Pâques 1916
Bilan : Rébellion, insurrection, soulèvement, révolution ?

Alain Monnier : Professeur de lettres aujourd’hui à la retraite, a effectué son premier voyage en Irlande à l’âge de 16 ans. Depuis, il y séjourne régulièrement. A notamment consacré son mémoire de DEA à la fonction du musicien traditionnel au sein de la communauté irlandaise et a coécrit La Musique irlandaise (Coop-Breizh, 1995). A été président de la section Relations interceltiques et internationales de l’ICB-SUAV, institution qu’il a également représentée au sein du CESER de Bretagne.